Josy BAMBARA

AGENT IMMOBILIER AU BURKINA FASO

Un retour au pays gagnant…

Pour vous faire découvrir le métier d’agent immobilier, nous sommes allé à la rencontre de celle qui incarne, dans la profession, un retour au pays gagnant…Des propos clairs, précis et sans détours.

Pouvez-vous, pour commencer, vous présenter ?
Je me nomme Ghislaine Tangui Josiane BAMBARA épouse DIOP, et je suis maman de deux formidables petites filles de 8 ans et 1 an demi, qui font ma fierté.
Je me suis lancée dans le domaine de l’immobilier il y’a de cela 3 ans et demi en créant l’agence immobilière TANGUI immobilier.
A la base, je suis économiste de formation, avec une spécialisation en finance : je dispose en effet d’un DESS en management financier de BORDEAUX IV. Ma carrière professionnelle a d’abord commencé à Paris, sur le middle office. Puis, désireuse de rentrer dans mon pays, j’ai occupé pendant près de 12 ans, divers postes dans le domaine bancaire et financier.
TANGUI Immobilier est né de la volonté de me lancer dans l’entreprenariat : guidée par les conseils d’un ainé (que je considère comme mentor), et par ma passion naissante pour le domaine de l’immobilier, j’ai décidé en 2017 de créer mon agence immobilière, en mettant en œuvre tous les moyens matériels et humains, afin de créer une entreprise qui devait combler un besoin évident du marché de l’époque.
Je me décris comme étant une femme jeune, dynamique, ambitieuse, ayant pour leitmotiv la profonde volonté d’apporter ma pierre au développement économique de mon pays. J’ai à cœur le travail bien fait, et je pense que quel que soit le domaine dans lequel nous évoluons, nous devons toujours viser l’excellence.

En quoi consiste votre activité d’agent immobilier ?
TANGUI immobilier emploie aujourd’hui 04 agents immobiliers, et moi j’y occupe les fonctions de Directrice générale
Nos agents immobiliers interviennent dans deux domaines :
L’administration de biens : dans ce domaine, ils interviennent à la fois auprès des propriétaires et des locataires. Mandataire d’un propriétaire, l’agence assure en effet en son nom la gestion d’un ou de plusieurs biens immobiliers. A ce titre, nos agents immobiliers recherchent et installent les locataires, vérifient leur capacité financière, rédigent les baux et dressent l’état des lieux, veillent à la conservation du bien, à sa conformité en fonction des obligations et des normes en vigueur. A défaut, l’agence fait réaliser les travaux. .
Concernant les locataires, les agents immobiliers définissent la nature exacte de leurs besoins et proposent des logements ou des locaux d’activités adéquats, et assistent les locataires dans leurs démarches administratives.
Les transactions de bien : ils jouent le rôle d’intermédiaire entre le vendeur et l’acheteur. Ils remplissent dans ce cas, deux fonctions principales. D’une part, ils prospectent et démarchent des biens immobiliers, d’autre part, ils accueillent et conseillent la clientèle. Lorsqu’une vente est réalisée, les agents immobilier gèrent le côté administratif du dossier et s’occupe de la transaction jusqu’à la signature de l’acte authentique chez le notaire.

Comment concevez-vous le métier d’agent immobilier au Burkina Faso ?
Au Burkina Faso, les agents immobiliers sont communément (ou devrais-je dire abusivement ?) appelés démarcheurs, et malheureusement, beaucoup de gens font l’amalgame en assimilant également les agences immobilières à cette catégorie. Tout cela est dû à une mauvaise organisation du secteur, et bien sûr, à un manque de régulation.
Ailleurs, on ne peut être agent immobilier que si on détient une carte professionnelle. Les agences immobilières recrutent des agents immobiliers à plein temps, ou travaillent avec des agents immobiliers indépendants. Ici, ce n’est pas le cas, et bien entendu, cela crée de nombreux abus.
Cette dérèglementation fait que quiconque peut s’affirmer agent immobilier, sans être déclaré, ou sans aucune formation particulière. Il y’a également de nombreuses personnes qui créent abusivement des agences, sans disposer des outils primordiaux, ou des connaissances indispensables du métier, et qui évoluent dans l’informel.
L’immobilier est un métier, tout comme le notaire, l’huissier….Il faut pouvoir connaitre la régulation en matière de contrat, les lois qui les régissent. Un contrat de bail est par exemple, régi par une loi, avec son décret d’application et on ne peut pas mettre en relation un locataire et un propriétaire sans un minimum de préalables. De la même manière, dans la gestion quotidienne, tous les rapports entre locataire et propriétaires sont soumis à des règles particulières (responsabilités des travaux, délivrance de quittance de règlement, préavis de rupture de contrats, expulsion…). La plupart des démarcheurs aujourd’hui sont malheureusement illettrés, et n’ont pas les connaissances nécessaires pour mener à bien cette fonction. Ils apprennent sur le tas, et parfois (trop souvent), ils apprennent mal.

Lorsque TANGUI Immobilier a été créée, l’une de ses principales difficultés a été celle de gagner la confiance des clients, notamment ceux qui avaient déjà été victimes du manque de professionnalisme et d’honnêteté d’autre « agences » consœurs. Beaucoup de propriétaires, ont perdu beaucoup d’argent à cause d’un mauvais suivi (entraînant une détérioration des maisons), en raison du non reversement de l’IRF (causant un redressement fiscal démesuré), parfois même un non reversement des loyers…., et la liste n’en finit pas. Le manque de régulation dans ce secteur permettait que toute personne pouvait se lever un bon matin, et s’affirmer agent immobilier (ou démarcheur). Sous d’autres cieux, avant de prétendre à récupérer les loyers de quelqu’un, il faut détenir une carte professionnelle en déposant une caution bancaire. Ici, ce n’est malheureusement pas le cas, ce qui entraine de nombreuses dérives dans le métier.
Il a dû falloir montrer que nous étions différents, avec des méthodes différentes, et une éthique différente. J’ai mis en place une société dûment constituée, au capital de F CFA 10 millions enregistrée auprès des impôts, en choisissant de déclarer mon personnel et cotiser pour leur retraite. J’acceptais ainsi de voir mes marges fondre, plaçant ainsi l’entreprise dans une situation de concurrence déséquilibrée avec des démarcheurs qui ne le faisaient pas, mais, ce choix je l’assume encore aujourd’hui : avancer doucement, mais surement ! C’est cela, à mon sens, notre manière d’être une entreprise citoyenne.

J’espère aujourd’hui, que les clients qui au début, doutaient de notre intégrité et de notre compétence, sont aujourd’hui rassurés. Nous n’avons pas encore atteint la perfection souhaitée, mais nous continuons à y travailler ardemment.

Quels sont les points forts de votre agence ?
En me lançant dans ce projet, je souhaitais dès le départ mettre en place une entreprise, avec la gestion locative comme cœur de métier, dans le respect des normes internationales en matière de standards, de gestion et de qualité de service. Il a donc fallu se doter d’outils indispensables à savoir, un logiciel immobilier adapté (que nous avons acquis en France), des locaux accueillants, un personnel et des partenaires performants (avocats, huissiers, notaires, prestataires…), et surtout pour financer tout ça, un capital conséquent.
Trois années après, nous pouvons nous enorgueillir d’être aujourd’hui une entreprise qui crée de la valeur, des emplois, et qui a su mettre en place un process efficace permettant de délivrer le meilleur service possible avec un fonctionnement optimal. Aujourd’hui, nous avons grandi, consolidé nos acquis, et nous nous tournons vers de nouveaux projets, qui iront toujours dans l’intérêt de nos clients.
Pour moi, la principale qualité de TANGUI immobilier, est justement le service de qualité qu’elle offre à ses clients. Tangui est le nom que mes parents m’ont donné, et que j’ai choisi de donner à mon tour à cette entreprise. Il vient du nom bissa « TALENGUI », qui a une signification très profonde et veut dire : « allez chez eux », ou encore « viens chez moi »
Pour moi, il était bien trouvé comme dénomination sociale, collant ainsi parfaitement à la volonté que j’avais à aller à la rencontre des autres, à leur tendre la main, et à les inviter dans mon univers.
Nous avons en effet à cœur l’intérêt de nos clients. Au-delà de notre slogan qui est « votre satisfaction à la clé », TANGUI Immobilier s’est donnée pour mission d’offrir la meilleure qualité possible, à la hauteur des attentes de nos clients (propriétaires comme locataires), avec intégrité. J’insiste sur cette valeur, car c’est elle qui nous permet de mériter la confiance de nos clients, notre but ultime. Pour mener à bien cette mission, TANGUI immobilier s’est dotée d’une équipe, jeunes certes, mais dynamique et pleine de volonté. Ces jeunes que j’ai autour de moi se sont appropriés sa vision, celle de la porter à la tête de son secteur, et œuvrent ardemment à la réaliser

Quelle est votre vision des évolutions du métier ?
Le métier d’agent immobilier mérite d’être mieux encadré par les autorités publiques. D’ailleurs, tout le secteur de l’immobilier au Burkina doit faire l’objet d’une réflexion profonde, avec en conclusion, la mise en vigueur de lois, destinées à une meilleure régulation.
Trop de personnes évoluent aujourd’hui dans le secteur informel, au détriment des populations, ainsi que de l’Etat. L’Afrique est à construire, et particulièrement le Burkina. Par conséquent les métiers de l’immobilier doivent faire l’objet d’un contrôle permanent et d’une meilleure régulation.
Je ne suis absolument pas contre les démarcheurs, et TANGUI Immobilier travaillent avec bon nombre d’entre eux. C’est eux qui connaissent mieux le terrain, car ils sont constamment au contact des populations. Je dis simplement, qu’ils doivent chercher à mieux se former, et officialiser leur métier. Ils en seront eux même les premiers bénéficiaires.

Votre clientèle est Internationale, quelle est votre vision de l’immobilier au Burkina Faso par rapport aux pays voisins ?
J’estime que comme dans tout autre domaine, il y’a des standards internationaux de qualité et de gestion, et que nous en sommes présentement loin dans la globalité.
Certes, le secteur de l’immobilier a besoin d’être réformé, ordonné et réglementé. Mais c’est à nous professionnels, de relever les standards actuels, pour les hisser à ceux de nos pays voisins, et occidentaux. En apportant de la qualité à notre travail, en utilisant les outils adaptés, ainsi qu’une bonne technologie, nous produirons des entreprises performantes, qui n’auront rien à envier aux autres. Et c’est le client final, qui en sera bénéficiaire.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans la gestion quotidienne de votre entreprise ?
Je résumerai les principales difficultés rencontrées dans les points suivants :
– L’ignorance qu’ont les propriétaires sur le métier d’agent immobilier : ils ne perçoivent la nécessité à s’adresser à un professionnel de l’immobilier, et parfois, ceux qui poussent spontanément nos portes sont les propriétaires qui font face à des locataires récalcitrants, ou qui ont eu une mauvaise expérience..
– L’administration fiscale lourde et peu performante, qui ne nous facilite pas les déclarations et les enregistrements de baux. Entre les multiples grèves, le manque de réseaux….nous multiplions souvent les va-et-vient auprès des services de impôts pour satisfaire aux devoirs citoyens des propriétaires pour lesquels nous sommes mandataires
– L’insuffisance de personnel motivé et qualifié :
– Le manque de qualification et de sérieux des prestataires avec qui nous travaillons
– La mauvaise collaboration de certains démarcheurs, qui n’hésitent pas à spolier notre travail, à arracher nos plaques publicitaires….
Toutefois, encore une fois, j’assimile toutes ces difficultés à une mauvaise éducation de nos populations, et une désinformation de notre métier. Notre rôle est de changer cette perception, et d’amener les autorités politiques et à porter un regard plus profond sur ce secteur.

Si vous aviez un conseil à donner à un jeune qui débute lequel serait-il ?
Il y’a quelques années, un jeune avec qui j’avais travaillé sur une transaction, est venu quelques temps après me voir en me disant qu’il avait créé son agence. J’étais un peu surprise, mais je ne l’ai pas découragé, mais plutôt prodigué les conseils que je jugeais utiles. Pour moi, quelqu’un qui souhaite se lancer dans le domaine, sans avoir le capital nécessaire pour créer une agence devrait commencer par être agent immobilier indépendant (et non démarcheur), en travaillant aux côtés d’une agence bien organisée. Cela lui permettra de connaitre le métier, connaitre les règles juridiques, et l’organisation.
Malheureusement les gens veulent aller vite, sans avoir les reins solides et les outils nécessaires. Aujourd’hui, je ne vois pas l’agence de ce jeune vraiment décoller, et il aurait été beaucoup plus opportun qu’il ait au préalable travaillé avec une agence, avant de se lancer
Parfois, les gens pensent qu’il est plus facile de faire du « copier-coller » sans imaginer tout le travail qu’il y’a eu derrière.
La crise actuelle a-t-elle affectée, votre manière de travailler, vos marges, les rapports avec la clientèle, etc ?
Nous ne pouvons pas dire que la crise a énormément affecté notre agence. Dans le domaine locatif, aussi surprenant que ce soit, nous avons été peu affectés. Par contre, les transactions immobilières sont beaucoup plus timides, ce qui est compréhensif.
Toutefois, en bon patriote, je considère que même si les temps actuels du pays sont rudes, nous continuerons de nous battre ! L’adversité renforce les forts et fait surgir des vertus insoupçonnées.

Les rapports humains dans une entreprise sont parfois difficiles a gérés, quelle est votre méthode ?
L’expérience que j’ai acquise dans le monde du travail, me sert énormément dans l’ambiance que j’essaie de créer au sein de l’agence. Je pense, sous réserve de la confirmation par mes collaborateurs, que nous avons su mettre en place un climat de travail agréable, et notre équipe composée aujourd’hui de 06 personnes, travaille en parfaite collaboration. Nous avons instauré une culture d’entreprise basée sur la confiance mutuelle, et la qualité de service.
Il est évident que sans mes collaborateurs, sans leur travail et leur dévouement, TANGUI Immobilier n’en serait pas là aujourd’hui. C’est ensemble que nous gagnons chaque victoire et améliorons notre réputation acquise dans notre secteur. J’ai toujours exhorté mes collaborateurs à travailler en parfaite synergie, tout en mettant en commun les forces et les capacités de chacun, en pleine complémentarité.